Historique

Carole Chebron et Xue Sun à Sèvres dans les Galeries contemporaines et « Picasso céramiste et la Méditerranée »

JPEG - 37.2 ko
© Carole Chebron

Lundi 5 mai à 10h15
Sèvres – Cité de la céramique
2 place de la Manufacture (dans le hall du musée)
92310 SÈVRES
Métro : Pont de Sèvres
Tramway T2 Val de Seine : arrêt « Musée de Sèvres »
www.sevresciteceramique.fr

Visite privée avec Frédéric Bodet, commissaire de l’exposition et conservateur à la Cité de la Céramique à Sèvres, chargé des collections modernes et contemporaines.

Les deux artistes Carole Chebron et Xue Sun seront présentes ce jour-là afin que nous ayons une conversation avec elles autour de leurs œuvres, qu’elles nous décrivent elles mêmes leur univers de références et les questions techniques au cœur de leurs travaux.

Carole Chebron dans Le jardin des retours - expression empruntée aux marins bretons qui au retour des grandes explorations, plantaient dans leur jardin les spécimens récoltés sur les chemins du monde - l’artiste évoque la fragilité de notre patrimoine, de notre mémoire collective, la nécessité de protéger certains savoir-faire menacés, en particulier l’excellence artisanale des grandes manufactures de porcelaine et de cristal qui ont fait le renom des arts décoratifs français.

Dans Dérèglement des espèces, les dessins et sculptures de Xue Sun réalisés entre 2007 et 2013, frappent le spectateur par leur indéniable beauté plastique, liée à une facture précise, où s’affirment raffinement esthétique de l’Orient des origines de l’artiste et goût occidental plus amateur d’abstraction, de spontanéité.
Dans cette nouvelle présentation des sculptures en grès, porcelaine, faïence ou résine, ainsi que dans un ensemble de grands dessins à l’aquarelle, Xue nous dévoile des fragments poétiques de son art, d’une très grande maîtrise technique qui s’allie à une poésie puissante.

Ensuite nous monterons avec Frédéric Bodet dans l’exposition Picasso pour une traversée de ce projet qui mettra en valeur le rôle fondamental qu’a joué Suzanne Ramié, la fondatrice de la poterie Madoura à Vallauris, dans la mise au point des œuvres que Picasso a réalisées dans cet atelier de 1946 à 1971.. Nous distinguerons les formes qui sont des « formes Ramié » avant d’être des Picasso, et que l’artiste lui a « emprunté ». Nous reviendrons sur la formation et le parcours artistique de Suzanne Ramié, sa passion pour l’antiquité et pour les formes de la poterie traditionnelle, sur sa réinterprétation des formes utiles en formes décoratives modernes, sur son « style » très particulier et novateur dans son époque.


JPEG - 36.6 ko
© Xue Sun
2011-2017 © Les Amis du NMWA. Tous droits réservés. | Politique de confidentialité | Conditions d’utilisation | Plan du site | Haut de page
Ce site est enregistré à la CNIL (Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés).
NMWA, NATIONAL MUSEUM OF WOMEN IN THE ARTS, FRIENDS OF NMWA, et FRIENDS OF THE NATIONAL MUSEUM OF WOMEN IN THE ARTS sont des marques commerciales ou des marques déposées de National Museum of Women in the Arts et sont utilisés sous licence.